De la spiruline produite dans le Puy-de-Dôme

Amandine Soyez et son compagnon Vincent Dépécher développent depuis quelques mois de la spiruline à Villargeat commune de Lapeyrouse en basse Combraille (63). Une production unique en Auvergne pour ce micro-organisme aux vertus multiples.

 

Quand j’ai dit à mon entourage que j’allais rencontrer des producteurs de « spiruline », le mot a systématiquement déclenché des étonnements, affirmations, questionnements. Petit florilège :

– Le perplexe : « C’est quoi ce truc ? Un médicament ? »

– Le spécialiste : « Ah oui c’est une algue qui a plein de qualités nutritives super bonnes pour la santé. »

– Le locavore-sceptique : « Oui j’en achète dans mon magasin bio, mais ça existe la spiruline en Auvergne ? »

Et bien, les trois réponses sont :

– Non

– Oui mais pas vraiment

– Et oui !

> C’est quoi la spiruline ?

La spiruline n’est pas véritablement une algue, même si pour simplifier on la définit comme une micro-algue, anciennement appelée algue bleu-vert. Il s’agit plutôt d’un micro-organisme, plus précisément d’une cyanobactérie comestible. Cet être primitif âgé de 3,5 milliards d’années fait partie des premières formes de vie sur terre qui ont permis de rendre l’atmosphère respirable, grâce à son mode de développement par photosynthèse. Un petit être aquatique produit aujourd’hui pour ses qualités nutritives, médicinales et cosmétiques, qui se développe naturellement dans les lacs salés des régions chaudes.

> Ça ressemble à quoi ?

C’est un filament spiralé, très primaire, cellulaire qui mesure entre 50 et 250 microns. Au premier regard sur l’écran du microscope, la première idée qui me traverse l’esprit : « on dirait des pâtes torsadées comme les fusilli ! »

En me montrant son trésor agrandi 500 fois au microscope Amandine la spirulinière s’extasie : « Ça me fait bloquer de le voir bouger dans le microscope. C’est tout petit mais au final quand je l’observe je me sens toute petite. C’est pas rien de rendre l’atmosphère respirable ! »

> Pourquoi produire de la spiruline en Auvergne ?

Maintenant que les présentations sont faites avec ce micro-organisme qui semble nous promettre nombre de vertus, retournons à Villargeat dans la ferme d’Amandine et Vincent, un couple de trentenaires aussi passionnés que discrets. Des producteurs venus à la spiruline presque par hasard. Mais le hasard existe-t-il ?

 

Levée depuis 6 heures du matin, la jeune femme raconte dans la chaleur ambiante de sa serre : « J’étais aide médico-psychologique pendant douze ans et Vincent a travaillé pendant le même laps de temps comme moniteur d’atelier auprès de travailleurs et d’enfants en situation de handicap dans le Puy-de-Dôme. Et puis un jour on a eu envie de développer notre projet de ferme pédagogique pour personnes handicapées. Je me suis lancée dans une formation de technicien agricole. Le maraîchage s’est imposé petit à petit. Tout est parti de là ! »

Une rencontre déterminante à l’occasion de la foire bio à Blanzat, la soeur de Vincent qui leur vantait les bienfaits de la spiruline qu’elle consomme régulièrement et la curiosité les incitent à se renseigner sur ce produit. « On a décidé de visiter une ferme qui en produisait, mais on n’en trouvait pas. On a fait beaucoup de recherches sur internet. On s’est documenté. Et on a fini par se dire comme une évidence que c’était ça qu’il fallait qu’on fasse. » De stages en formations les deux tourtereaux se sont aguerris, la ferme de la Spiruline des Volcans a vu le jour en février 2016. La serre et ses trois bassins d’une surface totale de 420 m2 ont surgi de terre. Notamment grâce aux précieux conseils délivrés par des confrères au sein de la Fédération des spiruliniers de France dont le couple est adhérent.

Une fois pressée dans une toile à fromage, la spiruline est mise en spaghettis à l’aide d’un poussoir à saucisses, puis conditionnée en sachets de 100g de paillettes, après séchage.

> Une production exigeante

Mais donner vie à cette cyanobactérie relève presque de la magie, ou plutôt d’une alchimie entre la bonne température de l’eau, le bon dosage d’azote, de carbonne, de magnesium, de potassium, de phosphate, d’oligo éléments, de fer pour nourrir ce petit filament gourmand. D’ailleurs, nombre de spiruliniers sont d’anciens chimistes. Et puis il faut une roue à aube ou une pompe qui permet de brasser l’eau régulièrement pour que la spiruline ne stagne pas au fond du bassin ; pour qu’elle se déploie à la surface grâce à la photosynthèse. La spiruline consomme du CO2 et crache de l’oxygène la journée, alors que la nuit elle fait le contraire et respire.

Une fois la spiruline récoltée par écrémage en surface, Amandine presse son nectar avec de la toile à fromage et lui donne ensuite la forme de filaments à l’aide d’un poussoir à saucisses adapté. Deux gros ventilateurs centrifuges et un déshumidificateur sèchent les filaments à 38° pendant 8 heures. Et au final on obtient des paillettes. Pour donner une idée, 10 litres de spiruline récoltée donneront 1 kg de spiruline sèche, vendue à 150 euros le kg. Les sachets sont conditionnés par 100g.

 

Valeurs nutritives

La spiruline est reconnue pour sa haute teneur en protéines, fer, bêta-carotène puissant antioxydant, vitamine B12 (elle en contient trois fois plus que le foie cru) et en acide gamma-linolénique (quasi introuvable dans l’alimentation moderne). Cet aliment a pour vertus de nourrir, détoxiquer, stimuler le système immunitaire et de rééquilibrer l’organisme.

 

 

 

 

 

► Où trouver la spiruline dans le Puy-de-Dôme ?

  • En vente directe à la ferme, les mercredi et jeudi de 16h30 à 18h30. chez Amandine & Vincent – Villargeat Lapeyrouse (63700) – Tél. 06.51.46.89.59 contact@spirulinedesvolcans.com
  • Sur le site internet www.spirulinedesvolcans.com.
  • Au marché Saint-Hilaire-la-Croix tous les premiers vendredis du mois, vers le prieuré, entre 17h et 20h.
  • A l’occasion des vendredis du terroir des Combrailles en juillet-Août : 14 juillet à Saint-Gervais d’Auvergne, 1er août à Laqueuille, 11 août à Saint-Jacques d’Ambur, 18 août à Pontaumur. A partir de 18h.
  • Sur le marché de la place de Jaude à Clermont, chaque premier dimanche du mois, de 7h à 13h (en octobre ce sera le 3e dimanche).

 

Sylvie Pallot

 

Comment consommer la spiruline ?  

La spiruline est souvent présentée sous forme de paillettes ou de vermicelles est un complément alimentaire. On peut la mélanger à un jus de fruit, un yaourt, sur une tartine de confiture, de miel. On peut la saupoudrer dans une salade, l’accommoder dans une sauce, un guacamole, ou tout simplement sur des plats mais toujours après cuisson. La cuisson lui ferait perdre ses qualités nutritives, à cause de ses enzymes et vitamines thermosensibles.

 Recette du coulis de courgettes : 2 courgettes, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, sel aux herbes, 1 à 2 gousses d’ail, 1 cuillère à soupe de poudre d’amande ou parmesan, 1 cuillère à soupe de spiruline.
Laver les courgettes et les couper en larges rondelles. Les cuire à la vapeur douce. Mixer le tout. A froid, ajouter la spiruline.

► Recette de la tartinade de spiruline : un yaourt végétal ou animal, 2 sardines, un citron, 1 à 2 gousses d’ail, sel, poivre, 1 cuillère à soupe de spiruline. Mélanger le tout.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.