Les marchés de Max et Lucie ouvrent leur boutique à Clermont

Max et Lucie, deux copains de lycée, se sont retrouvés après des pérégrinations étudiantes sur leur terre auvergnate pour partager l’amour de leur région et du bien-manger en créant leur boutique en ligne de produits locavores et naturels. Le projet se déploie aujourd’hui en une épicerie qui ouvrira ses étals le 8 avril prochain au centre de Clermont.

 

La notoriété des paniers locavores de Max et Lucie se diffuse tranquillement mais sûrement dans le microcosme clermontois à travers leur boutique en ligne qui propose des produits auvergnats issus de l’agriculture paysanne raisonnée ou bio. Fruits, légumes (de saison évidemment !) confitures, bière, salaisons, miel, huile côtoient des produits cosmétiques artisanaux du coin sur les étagères virtuelles de leur site internet.

 

 

Lucie c’est la spécialiste de la logistique qui va à la rencontre des producteurs du coin, évalue les stocks, gère les livraisons dans les points relais, dans les entreprises ou à domicile. Max c’est le community manager rédacteur du site internet qui vous donne envie de surfer sur les différentes pages de la boutique. Une fonction qu’il occupe parallèlement à un emploi salarié, raison économique oblige.

Beaucoup de travail, une clientèle éclectique qui va grandissant et se fidélisant, avec des attentes différentes explique Lucie : « Les étudiants et trentenaires sont sensibilisés à l’éthique locale et à l’environnement, tandis que les 35-45 ans sont surtout attachés au service de livraison à domicile ou en points relais, alors qu’au-delà de 50 ans nos clients se concentrent d’abord sur le goût. »

> Une sensibilité écologique et zéro déchet

Mais voilà que les deux épiciers auvergnats devaient se trouver trop à l’étroit dans cette toile pour ressentir le besoin d’ouvrir une vraie boutique, avec de vrais étals. Une envie concrétisée avec le soutien de la ville de Clermont qui leur met des locaux à disposition. Une épicerie avec les mêmes produits 100 % locaux que ceux que l’on peut déjà trouver sur le site internet, complétés du fromage et de la viande,  issus de l’agriculture paysanne, bio, ou raisonnée.

Toujours dans une logique écologique, le duo a imaginé une épicerie zéro déchet en proposant aux clients et producteurs de réutiliser les contenants en verre, les boîtes d’oeufs, en mettant à disposition des filets de légumes et des sacs en kraft. Les déchets verts fileront quant à eux tout droit au compost.

 

Alors ? Bio ou pas bio ?

Lucie a un avis bien tranché sur la nécessité du label bio. « Tant mieux si les produits sont bio, mais ce n’est pas une obligation, le bio n’est pas gage de tout. Pour moi l’important c’est d’aller sur le terrain rencontrer chacun des producteurs, de voir comment ils travaillent sans intrants chimiques, en agriculture paysanne, en raisonné. Le bio fait partie d’une économie de marché, plus que d’une économie locale. Je travaille par exemple avec une productrice de confiture très sensible à la naturopathie et qui n’a pas de label bio pour autant. Christophe qui cultive des patates et des carottes passe son temps à faire des tests pour optimiser sa production en agriculture paysanne naturelle, il soigne ses bêtes avec de l’homéopathie et pourtant il n’est pas labellisé bio. On ne ferme pas la porte aux producteurs qui ont avant tout une conscience écologique. »

 

> Une épicerie de quartier

« Ce magasin c’est un projet dans le projet que l’on veut avant tout comme une épicerie de quartier. Il y a une vraie attente car Il n’y a aucune épicerie dans le coin à part le marché Saint-Joseph le vendredi » explique Lucie tandis qu’elle s’affaire au rythme de l’accordéon d’Amélie Poulain à remplir les paniers de ses clients qui ont passé leur commande en ligne. Aidée de Sahra qui va rejoindre le duo en tant que salariée de l’épicerie.

Et de rajouter, un peu agacée de la réputation du quartier qu’elle estime « surfaite ». « On travaille souvent jusqu’à 23 heures et on n’a jamais eu aucun problème. Les commerçants des boutiques voisines proposent régulièrement de nous aider. Ils nous ont même souhaité la bienvenue. On croise souvent des personnes âgées, des familles. J’ai même vu un jeune aider une mamie qui avait fait tomber son sac de courses. »

Restent encore quelques coups de marteaux, beaucoup d’huile de coude et une motivation sans faille avant que l’épicerie de Max & Lucie ouvre ses portes.

 

► Adresse de la boutique : 60 avenue de Charras à Clermont-Ferrand Ouverture de la boutique samedi 8 avril à 9 heures. Horaires : Du mercredi au vendredi 9h00- 2h30 / 16h00-19h30 et le samedi 9h00-16h00. Pour tout renseignement, contacter Lucie au 06.89.27.20.82  –  www.lesmarchesdemaxetlucie.fr 

Sylvie Pallot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.