Miel et confitures bio au menu de la ferme du Cheix

Célia Husser a installé son nid au milieu des pâturages des Hautes Combrailles pour cultiver ses fruits rouges et élever ses abeilles. Résultat, des produits bio faits maison depuis 2014.

Pour découvrir Célia Husser et ses fruits rouges, il faut bien chercher ! Son havre de paix se cache à 700 m d’altitude au détour d’une petite route des Hautes-Combrailles, entre Pontaumur et Herment. Pas de GPS, pas de connection téléphonique pour nous aider à trouver la destination. Après moult essais, un coup de fil qui se faufile entre deux zones blanches et voilà Le Cheix, commune de Puy-Saint-Gulmier qui apparaît.

Originaire du Cantal, Célia s’est installée dans ce hameau avec toute sa petite famille sur un coup de coeur. Après de nombreuses pérégrinations, la trentenaire prépare un brevet de responsable d’exploitation agricole. C’est décidé, cette maison abritera la reconstruction de son projet professionnel. La Ferme du Cheix nait en janvier 2014.

> Des fruits rouges bio

Tout a commencé avec la plantation de fruits rouges, fraises, cassis, groseilles, framboises, myrtilles sur un demi-hectare dans le village du Lery, à deux roues de voiture de sa maison. L’objectif, concocter des confitures, sirops et pâtes de fruits bio. Et quoi de mieux que des abeilles pour polliniser les fleurs de ses fruits et en assurer la reproduction ? La cultivatrice installe donc des ruches sur son terrain. Dix-sept exactement. Une démarche grandement facilitée par son mari, ancien apiculteur. Sébastien Husser ne se fait pas prier pour partager ses connaissances et sa passion des abeilles.

> 7 à 10 kg de miel pour 1 kilo de cire

Une fois les ruches bien installées, pourquoi ne pas en extraire le savoureux nectare ? Aussitôt dit, aussitôt fait, la gamme de la ferme s’élargit avec du miel toutes fleurs bio et du pain d’épice. Mais pas n’importe quel miel. Le couple souhaite laisser parler la nature en choisissant en majorité des ruches dites Warré munies de barrettes qui permettent aux abeilles de construire naturellement leur grille avec leur propre cire. L’objectif étant d’éviter les résidus de pesticides que l’on peut trouver sur les feuilles de cire gaufrée préfabriquées.

© Photos Sylvie Pallot

Cette volonté d’intervenir au minimum dans le cercle naturel implique d’accepter que les abeilles puisent dans leur stock de miel pour fabriquer leur propre cire, soit 7 à 10 kg de miel pour un kilo de cire. Résultat, pas d’élevage intensif, mais un miel au plus près des abeilles.

 

Exemple de recette, le canard au miel – On badigeonne régulièrement le canard pendant la cuisson avec l’équivalent de 50 grammes de miel. Résultat le canard est sucré, moelleux, sa peau est confite, comme un canard laqué !

> Miel pressé à froid

Et pour boucler ce cercle vertueux, Célia a décidé d’extraire le miel à l’aide d’un pressoir, et non d’une centrifugeuse. En deux mots, quand les rayons de miel sont disposés dans un extracteur, le miel est extrait de ses alvéoles de cire par la force centrifuge. Au passage, il subit plusieurs opérations de filtration pour lui retirer toutes les impuretés. Résultat, une grosse partie des grains de pollen est éliminée. Alors que le pressage du miel à froid, tel que le pratique Célia, permet de garantir la conservation de toutes ses propriétés. Non oxydé, il est cru et passe seulement par un tamisage et non par une filtration. Le miel conserve alors la propolis et le pollen. Toutes ses qualités thérapeutiques sont préservées.

 

Les vertus des produits apicoles selon Sébastien
– Le pollen : prendre une cuillerée à soupe le matin à jeun pendant 3 semaines permet de réguler les intestins.
– La propolis : antiseptique contre le mal de gorge, tout ce qui touche la spère ORL.
– Le miel : 2 à 3 cuillères à soupe par jour avant l’hiver, tonifiant et préventif.

> Où trouver les produits de Célia

Célia prépare tous ses produits de façon artisanale dans son laboratoire jouxtant la maison familiale. On peut retrouver ses confitures et autres gourmandises à base de miel sur le marché bio de Gerzat le jeudi soir, le marché bio de la Bourboule entre mi-juin et mi-septembre, le petit marché d’Olby le jeudi soir, et à l’AMAP de Chamalières le lundi.

Texte et photos Sylvie Pallot

La ferme du cheix – Célia Husser Le cheix 63470 Puy-Saint-Gulmier 04.73.87.94.66
Sur le web : www.lafermeducheix.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.