Pique-nique zéro déchet à Clermont-Ferrand

La blogueuse Lætitia Birbes organise la tournée de « Picnic zéro déchet » dans dix-sept villes de France, de Belgique et de Suisse. Elle faisait une halte vendredi 15 juillet au jardin Lecoq à Clermont-Ferrand.

A 32 ans, Laëtitia est une blogueuse multi-thèmes. Les voyages, la lecture, les expos, et le consommer sain sont ses dadas. Ce jour-là c’était la blogueuse zéro-déchet qui a débarqué au jardin Lecoq à Clermont. Pour accueillir ses cyber fans venus voir « pour de vrai » la fée clochette de youtube. Les invités ont eu droit à des hugs et bisous à tour de bras. Le pique-nique pouvait commencer !

Au fait, pourquoi le zéro déchet ?

Laëtitia n’est pas tombée dedans lorsqu’elle était petite. Son engouement pour le zéro déchet, le manger sain et naturel a débarqué dans sa vie voilà 4 ans. « Jusqu’à mes 28 ans, je m’en foutais totalement de manger industriel. Je vivais comme une jeune femme de mon âge. Je mangeais ce que je voulais, me maquillais, consommais, gaspillais. Et puis j’ai lu un article sur les additifs alimentaires, perturbateurs endocriniens. Vous savez tous ces « E » sur les listes alimentaires qui sont mauvais pour la santé. »

J’ai tout jeté dans la maison !

La trentenaire a commencé à se renseigner, à bouquiner, notamment le livre de Corinne Gouget « Additifs alimentaires ». « J’ai flippé et jeté tous les produits avec des additifs dans la maison. ». Résultat, la jeune femme s’est retrouvée avec un frigo et des placards quasi vides. « J’ai dû réapprendre à manger. »

Laëtitia a même poussé son envie de modifier son mode de consommation jusqu’à devenir végétarienne, et de nous expliquer fièrement : « Depuis que je suis végétarienne et que je ne mange plus rien d’industriel, je n’ai plus d’odeur corporelle ! De fil en aiguille j’ai également arrêté les produits non naturels sur le visage, le corps. Je me lave les cheveux avec du Ghassoul, une argile marocaine. J’utilise du bicarbonate moulu comme désodorisant. J’utilise même de l’huile d’olive pour m’hydrater le visage. »

La consommatrice-nature en herbe s’est ensuite attaquée à la maison. « Aujourd’hui je nettoie ma maison uniquement avec du vinaigre blanc, mélangé avec de l’eau et de l’huile essentielle. »

Si la jeune femme avoue ne pas être encore en mode « 100% zéro déchet » elle concède faire de son mieux pour apprendre chaque jour un peu plus et trouver des solutions à sa consommation quotidienne. Son périple de pique-nique en pique-nique lui permet d’ailleurs de rencontrer nombre d’aficionados de la consommation responsable.

C’est l’heure du pique-nique !

Une trentaine d’internautes a répondu à l’invitation de l’étape clermontoise de la tournée des « Pic Nic Zéro Déchet ». Tous liés par cette conviction de la nécessité d’un mode de consommation alternatif pour une vie meilleure. Dans une ambiance chaleureuse, chacun a partagé son savoir, ses recettes.

Emilie et Tiphaine sont végétaliennes

Parmi les convives de ce déjeuner sur l’herbe, Emilie, 19 ans explique pourquoi elle a choisi de devenir végétalienne avec sa soeur Tiphaine 14 ans.

« On a eu un déclic lorsque Tiphaine a manifesté une allergie au savon industriel qui lui provoquait de l’eczéma. On a donc décidé de supprimer les produits industriels de notre quotidien et on a fait plein de recherches sur internet pour trouver des alternatives. On est tombées par hasard sur la page Youtube de Laëtitia qui nous a beaucoup aidées à trouver des solutions naturelles. » Résultat les deux jeunes filles ont fait « un gros tri dans la maison » et ont aujourd’hui beaucoup plus de place chez elles !

La blogueuse auvergnate Elodie s’est jointe à la fête

Elodie (à droite sur la photo ci-dessous) est une blogueuse culinaire avertie. Elle aime partager ses recettes de dessert qu’elle affectionne particulièrement sur sa page Brèves de gourmandise.

La pâtissière amatrice a même passé avec succès son CAP de pâtissière en 2015 ! Pour le pique-nique, Élodie a préparé un menu complet avec en entrée des pâtes aux betteraves ; en plat de résistance un cake aux tomates séchées/basilic/fourme de chèvre fermier (fournie par ses parents producteurs de fromage) ; et en dessert un carré pâtissier à la rhubarbe. Miam ! Ben oui, on a forcément goûté aussi ! C’est ça la notion de partage 🙂

Sylvie Pallot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.