Une nouvelle web série sur les métiers de bouche auvergnats

[ Légende photo ] De gauche à droite, Martial Estève patron du restaurant La Vache qui tête ; Georges Abikhattar réalisateur de la web série Les Gourmands nés ; Thierry Vacher, patron des boulangeries Vacher. © Photo Sylvie Pallot

Une nouvelle web série baptisée Les Gourmands nés vient de débarquer sur la toile. Avec une tablée de passionnés qui conversent autour de leur savoir-faire, de leur envie de partager cet univers auvergnat des métiers de bouche. Présentation.

« C’est au coeur du Massif Central que commence notre histoire. Une ruche de passionnés, amoureux des bons produits, perpétuent le savoir-faire de leurs ancêtres, transmis de génération en génération. » Le décor est planté en voix-off par Fanny Agostini, spécialiste météo de BFMTV, mais surtout originaire de La Bourboule dans le Puy-de-Dôme.

Une vue plongeante sur nos paysages auvergnats et nous voilà atterrissant devant l’auberge de la Moreno où nous attendent les propriétaires Alexandra et Raphaël Dubernat. Raphaël, c’est le chef-cuistot. Il nous explique le concept. « Des producteurs et restaurateurs de tous horizons ayant en commun les métiers de bouche sont tous réunis autour d’une table. Avec chacun ses produits, ses avis, ses passions, pour échanger et passer un bon moment. »

Alors on entre dans cette auberge via les six caméras qui capturent en toute discrétion ce moment de partage. Boulanger, pisciculteur, boucher, restaurateur, vigneronne, éditeur et responsable d’un drive local animent une tablée de passionnés gourmands de bons produits auvergnats. Quelques images, saisies à la faveur d’un drône, nous propulsent à chaque instant au coeur des sites professionnels de chacun, ponctuant ainsi les explications de leur savoir-faire. Ambiance épicurienne et chaleureuse.

> Et Spiderman dans tout ça ?

Même si Georges Abikhattar, le producteur et réalisateur des Gourmands nés, insiste sur l’importance de ne pas poser un présentateur au milieu de ce décor qu’il veut spontané, on voit apparaître un chef d’orchestre en la personne de Martial Estève. Lequel guide les convives avec fluidité et naturel. Martial c’est le patron du restaurant La Vache qui tète à Clermont-Ferrand. Mais c’est aussi un ami d’enfance moulinois de Georges le réalisateur.

Tous deux ont leur métier dans la peau depuis leur adolescence. « Dès l’âge de 15 ans je savais que je voulais être cuisinier » déclare Martial avec conviction. C’est à 14 ans que Georges s’est découvert une passion pour la réalisation : « J’ai eu le déclic en regardant Spiderman ! »

D’école de cinéma à Paris en découverte des pianos des salles de restaurants, les deux acolytes ont fini par se retrouver sur Clermont, après leurs pérégrinations respectives. Georges raconte : « Martial m’a fait part de son envie de présenter une émission culinaire. Moi j’avais envie de réaliser une émission sur la cuisine, c’est mon métier. Nos envies se sont rejointes et les Gourmands nés ont vu le jour. »

 

La même énergie qu’ils mettent à faire des bons plats, je la mets à réaliser cette émission que je veux populaire. Je fais en quelque sorte de la cuisine avec des images !  Georges Abikhattar

> Trouver un angle différent

Mais des émissions culinaires il en existe à foison. Les deux acolytes le savent. Ils prendront le parti d’un angle d’approche différent, comme l’explique Georges. « On a choisi de réunir des amis commerçants de bouche auvergnats pour qu’ils parlent du coeur de leur métier souvent méconnu du grand public. Certains se connaissent, d’autres se rencontrent pour la première fois. Il s’agit de faire transparaître cet esprit convivial qui règne dans cette grande famille de professionnels. »

Thierry Vacher, boulanger chamaliérois, acquiesce. « Oui c’est une vraie famille. Avec Martial par exemple on s’est rencontrés en travaillant et on est devenus de vrais amis. Parce qu’on a la même philosophie sur le travail. La passion, la rigueur et s’amuser ! Et tous ceux qui étaient autour de la table sont des professionnels passionnés. C’était un joyeux bazar. Il y a eu de beaux échanges. » Martial Estève de rajouter « Oui c’était un vrai moment de détente entre deux coups de feu aux cuisines. Ça nous sort de notre quotidien. »

 

 

> Le numéro 2 en préparation

Voilà donc un bon résumé de cette atmosphère que souhaitent retranscrire les créateurs de cette web série dont le numéro 2 sortira au printemps prochain, avec comme décor le Bus26 au coeur du Cantal. Alors que de nouveaux convives apparaîtront, les deux épicuriens Martial Estèves et Thierry Vacher remettront le couvert !

■ Sur Facebook Les gourmands Nés.

 

Sylvie Pallot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.